Partager cette page
Urgences Adulte
Urgences adultes
022 305 07 77
du lundi au vendredi de 7h00 à 23h00, les weekends et jours fériés de 8h00 à 23h00
Plus d'information
Pharmacies de garde
Urgences Enfant
Urgences enfants
022 305 05 55
du lundi au dimanche de 9h00 à 22h00
Plus d'information
Pharmacies de garde
Trouver un médecin
Rechercher par spécialité
Voir toutes les spécialités
Rechercher par nom
Voir tous les médecins

L'échographie, une question d'expérience

Spécialiste en médecine fœto-maternelle, le Dr Philippe Extermann examine plus de la moitié des femmes enceintes à Genève.

Une grande partie des Genevoises le connaissent. Chaque année, le Dr Philippe Extermann se penche sur le ventre de nombreuses femmes enceintes. Soit une quarantaine par jour. «Depuis la création de Dianecho en 2000, j’ai vu plus de 40000 fœtus in utero; Et 100000 si je compte mes années d’hôpital», souligne l’obstétricien, spécialiste en échographie morphologique. Un examen proposé à toutes les futures mamans depuis la fin des années 80 et qui consiste en une observation rigoureuse des organes du bébé en devenir, à la 20e semaine de grossesse.

«Autrefois, la plupart des obstétriciens faisaient eux-mêmes ces examens prénataux, puis avec l’augmentation des exigences pour le dépistage des anomalies, ainsi que la complexité des appareils à disposition, c’est devenu une spécialité», explique le Dr Philippe Extermann, en ajoutant: «Statistiquement, plus on voit d’examens, plus on a l’œil et plus on a de chance de mettre le doigt sur un problème. Avec l’expérience, on finit d’ailleurs par «sentir» que quelque chose ne va pas, avant même de savoir exactement de quoi il s’agit.» 

Heureusement, les anomalies restent rares. Elles touchent environ 3% des grossesses,  et environ 2 sur 3 sont visibles à l’échographie. «Il est très important pour les parents d’avoir un pronostic en amont. Car ça leur permet, le cas échéant, de se préparer et d’optimiser les soins à l’arrivée de l’enfant. Notamment, lors d’anomalies cardiaques, qui sont les plus fréquentes, souligne le spécialiste. Evidemment, annoncer un problème n’est jamais simple et cela crée toujours un choc.» Mais aucun examen n’est anodin. «Il faut savoir rassurer, tout en posant clairement les limites de ce que l’on sait faire, même s’il est vrai qu’aujourd’hui, on arrive à détecter la grande majorité des anomalies sévères», poursuit le Dr Philippe Extermann.

Si l’échographie permet de poser un diagnostic prénatal, elle offre également la possibilité aux futurs parents de découvrir leur enfant. «L’image, qu’elle soit en 2D ou en 3D, contribue clairement à créer un attachement avec le fœtus, assure le médecin. Il est donc important de prendre le temps d’expliquer ce que l’on voit et de répondre aux questions. Certains en ont beaucoup, d’autres moins. Il faut sentir leurs attentes et ne pas ruiner un moment si important.» Car un tel rendez-vous reste toujours chargé en émotion. Y compris pour le Dr Extermann, passionné comme au premier jour par son important travail de dépistage et ses rendez-vous avec les patientes. «Chaque rencontre reste unique et nourrissante, humainement parlant. J’aime ce que je fais, tout simplement.»