Partager cette page
Urgences Adulte
Urgences adultes
022 305 07 77
du lundi au vendredi de 7h00 à 23h00, les weekends et jours fériés de 8h00 à 23h00
Plus d'information
Pharmacies de garde
Urgences Enfant
Urgences enfants
022 305 05 55
du lundi au dimanche de 9h00 à 22h00
Plus d'information
Pharmacies de garde
Trouver un médecin
Rechercher par spécialité
Voir toutes les spécialités
Rechercher par nom
Voir tous les médecins

Accompagner le couple sur le chemin de la procréation médicalement assistée

Le laboratoire « babyImpulse » a vu le jour au sein du village médical des Grangettes en 2015. Insémination intra-utérine (IIU), fécondation in vitro (FIV), FIV avec injection spermatique (ICSI) ou congélation des gamètes (ovocytes et spermatozoïdes), entre autres: la palette des investigations et traitements proposés dans ce laboratoire est complète et multidisciplinaire. « Nous voulions offrir aux couples dont le désir d’enfant ne peut être comblé naturellement la possibilité de recourir à la procréation médicalement assistée, ceci dans les meilleures conditions techniques et humaines », explique le Dr Patrizia Grace Bianchi, spécialiste en médecine de la reproduction et également directrice médicale de babyImpulse.

Ainsi, une équipe de médecins expérimentés et spécialistes de la reproduction s’est composée autour d’une plateforme technologique d’excellence. « L’un de nos atouts est d’assurer une prise en charge à la fois personnalisée et globale », ajoute le Dr Bianchi. «Pour les consultations, les couples se rendent dans nos cabinets en ville où nous leur proposons un suivi gynécologique, andrologique et psychologique. » Toutes les prestations de type biologique et chirurgical sont ensuite réalisées sur le site des Grangettes. Lorsque la grossesse se fait attendre et que les doutes viennent inonder la sphère du couple, le rôle du spécialiste consiste également à apporter toute l’assistance psychologique requise et à accompagner les deux partenaires sur ce chemin – parfois fragilisant – de la procréation assistée. «L’infertilité n’est jamais facile à vivre et peut entraîner un véritable tsunami émotionnel », note le Dr Patrizia Grace Bianchi. «Les hommes et les femmes touchés par cette difficulté ont souvent besoin de partager leurs ressentis les plus intimes ainsi que leurs peurs; nous sommes aussi là pour les aider à gérer leurs émotions. »

Des traitements à la pointe de l’innovation

Sur le plan du diagnostic comme sur le plan thérapeutique, les spécialistes de babyImpulse s’appuient sur les techniques les plus récentes du domaine, tout en restant très sensibles dans leur prise en charge. Cette qualité est aussi renforcée par un effort constant de mise à jour des connaissances et des échanges soutenus avec d’autres spécialistes et notamment avec le Dr Denny Sakkas, Professeur associé à l’Université de Yale (USA) et directeur scientifique d’un centre de fécondation in vitro très réputé à Boston.

Recul de l’âge de la première grossesse

D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), on parle d’infertilité lorsqu’un couple désireux d’avoir un enfant ne parvient pas à obtenir une grossesse après un an de rapports sexuels réguliers non protégés. Une situation qui touche de nombreux couples en Suisse.

L’une des causes évoquées par la communauté scientifique ? Les femmes deviennent mères toujours plus tard. En attestent les derniers chiffres de l’Office fédéral de la statistique : en 2016, les femmes suisses étaient âgées en moyenne de 30,9 ans à la naissance de leur premier bébé. « La fécondité décline avec l’âge », constate le Dr Bianchi. « A force d’attendre le partenaire idéal, la maison idéale, le moment professionnel idéal, les femmes courent le risque de ne plus pouvoir avoir d’enfant. » A noter que les chances de grossesse par cycle sont en moyenne de 25% à 25 ans, 12% à 35 ans et 6% à 40 ans.

Que dit la loi suisse?

Le 5 juin 2016, le peuple suisse s’est prononcé sur la modification de la loi fédérale sur la procréation médicalement assistée (LPMA). La loi d’application entre en vigueur, sous toute réserve, en septembre 2017. La modification porte sur le nombre d’embryons pouvant être conservés – passant de trois à douze embryons – et sur le diagnostic préimplantatoire: le test génétique, à des conditions strictes, peut désormais être réaliser sur des embryons issus d’une fécondation in vitro avant implantation.

La conservation de la fertilité en présence d’une maladie (par ex. cancer) ou simplement à but sociétal est également possible.