La fécondation in vitro ou le profond
désir d'enfant

«Le médecin de la reproduction se doit d'avoir des connaissances en médecine, bien sûr, mais aussi en philosophie, en psychologie et en endocrinologie», poursuit-il, «pour éviter qu'il n'y ait trop d'intervenants et que le couple ne se sente écartelé dans un processus investigatoire. Les médecins du Centre se doivent de répondre avec finesse aux multiples interrogations du couple désireux d'enfanter: comment préserver le dialogue et la communication au sein du couple, l'intimité, la sexualité? Que faire pour apprivoiser le doute, la colère ou la culpabilité?». L'infertilité a plusieurs visages. Comme l'envie de plus en plus tardive de mettre un enfant au monde. «Les grossesses tardives médiatisées de personnalités donnent l'impression qu'il est aisé de procréer après 40 ans. Or, la fertilité commence à décliner à partir de 35 ans», rappelle le Dr Bourrit.

Fécondation in vivo

Le Dr Mock a, lui, développé un procédé prometteur au sein de sa start-up «Anecova», soutenue par l'Ecole polytechnique fédérale: la fécondation in vivo. La fécondation et la croissance de l'embryon se déroulent in vivo – au sein d'une capsule, dans l'utérus de la future maman – plutôt que in vitro, en éprouvette. «On remplace ainsi l'éprouvette de la fécondation in vitro par une capsule perméable, déposée dans l'utérus de la mère, afin de permettre aux gamètes (spermatozoïdes, ovules) et aux embryons de se développer dans des conditions plus naturelles, donc in vivo», conclut le Dr Pascal Mock.Grangettes

En Suisse, l'infertilité gagne chaque année du terrain. De plus
en plus de couples ont recours à la fécondation in vitro.

La fécondation in vitro ou le profond désir d'enfant

«L'

envie d'enfant est certainement le désir le plus profond de la nature humaine», souligne d'emblée le Dr Blaise Bourrit, un des gynécologues fondateurs du Centre de procréation médicalement assistée à la Clinique des Grangettes. Avec plus de 200 fécondations in vitro (FIV) par an, le Centre de procréation médicalement assistée des Grangettes fait partie des cinq plus grands centres privés FIV de Suisse.

Mais au-delà de l'aspect purement médical, le Centre des Grangettes a une caractéristique bien particulière. «Nous avons la volonté de rendre les choses le plus simple possible, insiste le Dr Bourrit. La FIV, c'est un long chemin. Fait d'émotions, parfois de souffrance et souvent d'espoir. Nous nous adaptons donc aux couples, à leur demande, pour leur rendre la vie le plus facile possible.»

Le Centre installé aux Grangettes est composé d'un groupe de gynécologues spécialisés en techniques de procréation médicalement assistée: les Docteurs Grace Bianchi, Blaise Bourrit, Miroslav Pirek et Pascal Mock. Le Centre ne se limite pas à ces praticiens d'expérience.

Des biologistes, des andrologues et une psychologue composent également cette équipe pluridisciplinaire. Le Centre PMA des Grangettes dispose d'un plateau technique de pointe pour les investigations sur l'infertilité. «Le Centre offre un atout essentiel: la prise en charge personnalisée du couple par le médecin spécialiste», souligne le Dr Bourrit. «Chaque gynécologue spécialiste de la reproduction qui collabore avec le Centre des Grangettes a son propre cabinet de consultation en ville.»

Un long chemin d'émotions et d'espoir

«Nous ne sommes pas des spécialistes de la FIV, mais du désir d'enfant», souligne également le Dr Pascal Mock, spécialiste en médecine de la reproduction au Centre de procréation médicalement assistée de la Clinique des Grangettes et chercheur dans le domaine de l'implantation embryonnaire humaine.

Retour